Les seules questions bêtes sont celles que l’on ne pose pas.

Dans la pratique, de nombreuses réglementations sont mal adaptées ou incomplètes malgré des descriptions détaillées. Dans de tels cas, les membres de la SSE s’entraident.

Dans la pratique, de nombreuses réglementations sont mal adaptées ou incomplètes malgré des descriptions détaillées. Dans de tels cas, les membres de la SSE s’entraident.

Depuis des décennies, les membres de la SSE échangent leurs expériences au sein de groupes dédiés (EDEX). Actuellement, plus de 200 entreprises participent à 21 groupes thématiques (cf. JSE, édition 7-8/22). Ceux-ci fonctionnent comme des forums: un membre pose une question et reçoit une réponse de la part des autres. Ainsi, chacun bénéficie des connaissances de chacun. Et si le sujet est trop complexe, les animateurs s’adressent directement aux domaines spécialisés de la SSE. Parce que souvent, ce n’est «pas si simple».

Outre les questions techniques, ce sont surtout celles liées au personnel qui sont en tête de liste, explique Sales Affentranger. «La CN est un ensemble très complexe, qui règle beaucoup de choses en détail, mais n’explique pas assez. Souvent, les textes sont difficiles à comprendre ou ne reflètent pas la pratique», explique le responsable des groupes EDEX, qui anime lui-même deux groupes spécialisés personnel. «Les entrepreneurs veulent faire les choses correctement, mais sont souvent confrontés à des limites. Dans ce cas, ils peuvent s’adresser aux groupes EDEX». Pour Sales Affentranger, il n’y a pas de questions bêtes, à part celles que l’on n’ose pas poser. Il faut pour cela que la confidentialité soit garantie et l’assurance de ne pas se retrouver seul avec des questions apparemment insolubles.

Quel est par exemple le salaire d’un aide-maçon AFP qui commence un apprentissage de maçon CFC après deux ans d’apprentissage? De telles réponses ne se trouvent pas dans la CN, mais dans la pratique. Quiconque a été confronté à des questions similaires fournit des informations et des solutions au sein du groupe EDEX. Dans le cas de l’apprenti mentionné ci-dessus: il touche directement le salaire de la 3e année d’apprentissage et une convention de formation est signée.

«Les thématiques liées à la CN vont subsister avec la nouvelle convention», estime Sales Affentranger. «En outre, les entrepreneurs seront de plus en plus confrontés au changement de génération. Ça commence par la recherche d’apprenti. Ce ne sont plus les jeunes qui doivent postuler, mais les entreprises». Là encore, les groupes EDEX offrent une plate-forme idéale pour le partage de connaissances et d’expériences.

A propos de l'auteur

pic

Thomas Staffelbach

Rédacteur en chef

[email protected]

Partager l'article