Construction monumentale pour plus d’électricité

Nouvelle construction de l’installation de valorisation des ordures ménagères de Zuchwil

STRABAG reconstruit la deuxième plus grande installation de valorisation des ordures ménagères de Suisse. La principale productrice d’électricité de la région de Soleure devrait ainsi produire encore plus d’électricité et de chauffage urbain qu’aujourd’hui. Urs Beeler assure la direction de projet des travaux de construction. Il parvient à utiliser à son avantage la nouvelle technologie BIM dans le cadre de ce grand projet.

C’est la plus grande productrice d’électricité de la région de Soleure – l’usine de valorisation des ordures ménagères de Zuchwil, bientôt vieille de 50 ans. Mais avec cet âge avancé, elle a bientôt atteint la fin de sa vie économique. Grâce à la construction de remplacement, l’exploitation reste rentable, sûre et efficace. Et l’installation produira encore plus d’électricité : elle devrait produire environ 145 GWh d’électricité et 120 GWh de chauffage urbain par an, soit 15 % de plus qu’aujourd’hui.

Dans un projet d’une telle envergure et d’une telle importance, la coordination est essentielle. Urs Beeler, de STRABAG, reprend la direction de projet des travaux de construction. « Notre équipe réalise le gros œuvre en béton », explique-t-il. Il se compose d’une construction en béton coulé sur place avec de grandes façades en béton architectonique et est divisé en quatre parties principales :

  • Bunker
  • Feu/chaudière
  • Épuration des gaz de fumée avec Bellevue
  • Verrouillage avec gestion.

L’équipage de Beeler est sur la bonne voie – l’étape prévue pour fin septembre 2022 est atteinte, le bunker et les zones centrales sont terminés. La toiture sera fermée d’ici fin octobre 2023 et la tour en béton architectonique de 80 mètres de haut devrait rester en place jusqu’en 2024.

Une usine high-tech verra le jour à l’intérieur à partir d’octobre 2022, et l’installation sera mise en service au printemps 2025.

Faits sur la construction

Quoi : Réalisation du gros œuvre de la nouvelle UIOM en construction en béton
Où : Zuchwil, Soleure
Qui : Strabag AG

Somme de construction : CHF 48.8 millions
Béton : 53 000 m3
Zone de construction : 130 m x 100 m
Acier : 6600 t
Coffrage de voiles : 120 000 m2 dont béton architectonique : 45 000 m2
Coffrage de dalles : 30 000 m2

Période de construction :
Phase 1 : 2021-2025 (travaux principaux)
Phase 2 : 2027‒2028 (travaux d’aménagement)

Plus grand, plus haut, plus lourd

Mais d’ici là, nous avons encore de quoi faire, déclare le responsable technique qui travaille pour STRABAG depuis 2012. Les exigences élevées en matière de conception, telles que la grande façade en béton architectonique, constituent un point critique. Les interfaces avec la construction complexe d’installations et la technique du bâtiment constituent également des défis énormes. « Le nouveau bâtiment est unique – chaque pièce a une forme et une hauteur différentes », dit-il. Cela nécessite une bonne planification et la production de pièces spéciales, par exemple des coffrages de 40 mètres de haut et pesant jusqu’à 8 tonnes. « Ici, tout est un peu plus grand, plus haut, plus lourd », remarque Urs Beeler en souriant. Cela ne peut se faire que si tout le monde travaille dans le même sens. « Le béton architectonique est toujours un défi et ne peut réussir que si l’exécution est planifiée avec toutes les parties prenantes. »

Deux atouts majeurs

Heureusement, Urs Beeler a pris les devants. Il peut compter sur une équipe solide. « Sans une bonne équipe, rien ne marche – cela facilite mon travail », dit-il. Pour les travaux de construction, jusqu’à 120 collaborateurs par jour sont affectés aux heures de pointe. Parmi eux se trouvent également des apprentis (CFC maçon en bâtiment). « C’est un objet tellement passionnant que nous utilisons aussi les apprentis et leur donnons la chance de travailler sur un projet d’une telle envergure », se réjouit M. Beeler. « Le personnel comprend également des ouvriers du bâtiment, des coffreurs, des constructeurs de voies de communication, des constructeurs d’échafaudages, des électriciens, des maçons, des ferronniers, des charpentiers, des machinistes, des grutiers, des spécialistes de l’étanchéité, des techniciens de laboratoires du béton, des chefs d’équipe, des contremaîtres, des conducteurs de travaux… », précise-t-il. Des commerçants et des spécialistes BIM interviennent également. Ils entrent les données dans les tablettes.

Car, et c’est le deuxième atout dont dispose M. Beeler, il a déjà sous les yeux le gros œuvre de la nouvelle UIOM au format numérique. STRABAG mise sur le système BIM (Building Information Modeling) pour la nouvelle construction.

« Nous disposons d’une image numérique du projet à réaliser », explique M. Beeler. Mais c’est plus qu’une coque optique, l’image numérique englobe déjà tous les métiers. « Toutes les données qui nous intéressent sont ici dans un modèle – avant, pour les mêmes informations, nous avions l’impression de devoir étudier des milliers de plans, chacun plus grand qu’une table de travail normale », explique Urs Beeler. Urs Beeler est convaincu que le BIM change la donne dans un projet de cette envergure et de cette complexité.

L’avenir de la construction ?

Urs Beeler est conscient que le BIM est un investissement coûteux. « Mais si vous utilisez correctement la technologie, l’argent revient – vous pouvez l’économiser ailleurs. » En outre, la technologie nécessite un changement d’attitude. « Dans le BIM, presque tout doit être planifié avant le début des travaux, mais cela permet d’économiser beaucoup de temps par la suite », explique Urs Beeler, d’après sa propre expérience.

Trouver et créer des solutions est un aspect qu’il aime particulièrement dans son métier. « Y a-t-il un métier plus passionnant ? », demande-t-il. L’entrepreneur et le responsable de secteur est également motivé lorsqu’il voit tous les projets qui ont été couronnés de succès sous sa direction ou sa collaboration. « Lorsque je traverse « ma » région, je vois toujours des ouvrages sur lesquels j’ai pu participer à la réalisation. C’est toujours une belle expérience qui me remplit de fierté. Je me souviens toujours de la belle période de leur construction. »

A propos de l'auteur

pic

Petra Stocker

[email protected]

Partager l'article