Se lancer est libérateur

C’est avec beaucoup d’énergie positive que je me lance dans ma mission de directeur de la Société Suisse des Entrepreneurs. Pour moi, l’essentiel réside dans la qualité de la collaboration entre l’équipe de la SSE et les sections et groupes professionnels.

 

Vous connaissez certainement cette sensation de fourmillement due à la tension et à la concentration que l’on ressent avant un exposé, un examen ou une compétition sportive? Le skieur qui va se lancer sur la piste, l’intervenante tenant l’allocution lors de la Journée de la construction, la dernière nuit avant l’examen final: le moment est venu. Nous sommes fin prêts. Et le départ peut être donné. Se lancer est libérateur.

Pendant mon temps libre, j’assiste l’entraîneur d’une équipe de jeunes footballeuses, dont ma fille. Quand on entend plus que le claquement des chaussures dans les cabines avant un match de championnat, c’est bon signe. La concentration est au rendez-vous. Et dès que l’arbitre donne le coup d’envoi, l’énergie est libérée. Chaque contact avec le ballon renforce la confiance en soi. Les joueuses se donnent à fond. C’est une expérience formidable.

En février, j’ai ressenti la même chose après ma nomination à la tête de la SSE à partir du mois de juin 2022. C’est un grand défi qui m’attend. Bien sûr, il m’impose le respect. Bien sûr, je m’y suis préparé de manière intensive. Et l’énergie libérée est une sensation fantastique maintenant que c’est parti pour de bon. Se lancer est libérateur. Un autre point positif est le succès remporté par quelques gros projets que j’ai accompagnés, comme la fête organisée à l’occasion des 125 ans de la SSE et des 50 ans du Campus Sursee.

Lorsqu’une équipe de football a du succès, c’est en général grâce aux performances de l’équipe tout entière, et pas seulement de quelques individus. Il en va de même à la SSE: je peux compter sur une équipe performante. Tous ensemble, nous allons tirer parti du regain d’énergie pour procurer à nos membres un maximum de valeur ajoutée. Cette année, nous devons relever plusieurs défis. L’un d’entre eux est la flambée des prix des matériaux de construction et la difficulté d’approvisionnement. De même, les négociations relatives à la CN ne seront pas simples. Nous représentons les entrepreneurs, nous voulons que les PME du secteur de la construction puissent survivre même dans un contexte économique toujours plus difficile. En fin de compte, cela profite aussi aux travailleurs qui veulent conserver leurs salaires de haut niveau par rapport à d’autres branches. Les intérêts des salariés et ceux des entrepreneurs sont souvent plus proches qu’on ne le pense. C’est pourquoi nous avons décidé de publier le journal «Baunews» à l’intention des travailleurs. Nous y présentons les faits relatifs à la CN. Vous trouverez en annexe du JSE le deuxième numéro de «Baunews». Les travailleurs reçoivent directement leur exemplaire. Les employeurs qui souhaitent davantage d’exemplaires peuvent les commander chez nous.

Pour moi, l’essentiel est la collaboration avec les sections et les groupes professionnels. De nombreux thèmes pourront uniquement progresser, par exemple sur le plan politique, à condition de partager les mêmes objectifs et de coordonner notre action à tous les niveaux fédéraux. Pour la SSE, les sections et les groupes professionnels constituent un grand atout grâce à cette structure fédérale. De cet atout, nous pouvons en tirer davantage encore profit, du niveau national au niveau cantonal. Toutes les associations n’ont pas cette chance.

A propos de l'auteur

pic

Bernhard Salzmann

Directeur SBS

[email protected]

Partager l'article